Terzeo, atouts économiques pour l'ile de France
  • En finir avec la friche industrielle polluée de Villenoy et Isles-lès-Villenoy

  • Économie du projet

  • En finir avec la friche industrielle polluée de Villenoy et Isles-lès-Villenoy

    L’originalité du projet proposé par Terzeo repose aussi sur le choix d’implantation : les concepteurs ont fait le pari de réhabiliter une ancienne friche industrielle polluée et dangereuse sur 61 hectares. Cette friche a fait l’objet d’exploitations successives de bois, de carrières de sablons… Elle a été façonnée en une multitude de bassins pour répondre aux besoins d'une grande sucrerie européenne. Par ailleurs, un "sarcophage" abrite sur 3 ha des terres polluées issues des travaux de l’A140. En dehors des emprises d'activités de l'ordre de 15 hectares (plate-forme et installation de stockage), le reste du site, soit une surface de 46 ha, sera progressivement rendu à la nature pendant l'exploitation. Cette surface sera amené à 53 ha aprés l'exploitation de la zone de stockage.

    Le procédé Terzeo sera aussi mis au service du site : les pollutions historiques seront purgées et les terres traitées au sein de l’installation. Sur la commune d’Isles-lès-Villenoy, le long de l’aérodrome et en continuité de la zone Natura 2000, l’ensemble des terrains adoptera un caractère paysager et naturel parfaitement intégré avec des étangs, des boisements et des prairies bocagères. Terzeo clôturera ainsi la parenthèse industrielle de près d’un siècle sur cette partie du site qui recouvrera sa quiétude passée. Quant au Nord de l'A140, il sera aussi dépollué et réaménagé pour accueillir les activités de traitement et de stockage interne.

    Économie du projet

    Un projet d'utilité sociétale

    Terzeo est un projet d’utilité sociétale qui ouvre la voie à la création d’une véritable filière de valorisation des déchets issus de chantiers du BTP.

    Une filière basée sur les principes de l’économie circulaire qui favorisent le recyclage et la réutilisation des déchets en circuits courts plutôt que leur stockage. Une filière de valorisation où le schéma classique de carrières qui alimentent des chantiers, qui nourrissent eux-mêmes des installations de stockage de déchets est remplacé par un cercle vertueux où les terres excavées servent de gisement pour la production de matériaux de construction.  

    Visualisez le shéma du cycle court des granulats

    Terzeo contribuera non seulement aux objectifs de réduire de 15 % les déchets du BTP destinés au stockage – un enjeu du Grenelle de l’environnement – mais offrira aussi aux collectivités, industriels et particuliers de gérer à coût réduit un granulat recyclé moins cher de 30%. Au total, Terzeo participera à une gestion économe de l’espace et des ressources de la région et du département.

    Concernant la nouvelle économie circulaire impulsée par Terzeo

    Qu’il s’agisse de chantiers de bâtiment ou de travaux publics, les entreprises qui terrassent au démarrage d’un chantier deviennent demandeuses de granulats pour poursuivre leurs travaux. Les terres naturelles traitées par Terzeo s’inscrivent de ce fait dans un cycle d'économie circulaire.

    Concernant les emplois

    Le projet Terzeo créera près de 15 emplois directs et de l’ordre de 30 emplois indirects locaux sur une durée minimale garantie de 30 ans. Cet aspect social est d’autant plus important qu’une telle plate-forme générera sur la durée 25 fois plus d’emplois que pour exploiter une installation de stockage.

    L’alliance de deux experts du BTP et du traitement de déchets

    Les deux partenaires de Terzeo, Cosson et Clamens, ont développé des expertises complémentaires en matière de de valorisation des déchets issus de chantiers.

    L’entreprise Clamens existe depuis 1954. Clamens s’est spécialisée dans la valorisation des matériaux de démolition des activités du BTP et exploite depuis 2006 une installation unique au monde d’extraction des granulats issus des boues de béton (béton et graves) située à Villeparisis qui traite 260 000 tonnes par an de boues de béton. La société Cosson est une filiale de Colas Ile-de-France/Normandie, elle-même filiale du groupe Bouygues. Cosson s’est spécialisé depuis 2000 dans la dépollution de sites contaminés et a diversifié ses activités à travers l’exploitation d’installations de stockage de déchets inertes sur la commune de Saint-Witz (95) et de déchets non dangereux sur le site d’Épinay-Champlâtreux (95).

    Terzeo est le fruit d’un partenariat entre ces deux entreprises complémentaires qui en détiennent 50% chacune.

    La multiplication en France de projets comme Terzeo symboliserait une vraie différence dans le traitement des sols issus de chantiers et mettrait fin aux installations de stockage de ces déchets, qu’ils soient pollués ou inertes (non pollués).

    Concernant les transports

    La plate-forme Terzeo sera approvisionnée par des camions provenant des flottes respectives de ses partenaires et clients. Terzeo sera en mesure d’accueillir les terres et de recharger ces mêmes camions avec des granulats. L’incidence du poste transport sera notablement réduite du fait de l’application quasi-systématique de ce principe de double fret.

    Concernant les transports alternatifs

    Le site est à seulement 3 km par la route (1 km à vol d'oiseau) d’un embranchement de réseau ferré dédié au transit des granulats de construction, auquel Terzeo peut être relié, et à 3 km de deux quais de transfert par voie d’eau dont un déjà utilisé à des fins industrielles. Dans ces conditions exceptionnelles, le transport alternatif est réellement accessible. Une telle mise en place permettra alors de réduire les émissions de gaz à effet de serre et offrira un bilan carbone nettement inférieur à celui des granulats d’une carrière classique.

    Un site idéal pour mener une activité industrielle

    L’un des principaux atouts du terrain est sa localisation à l’écart de zones habitées et d’établissements recevant du public. Les habitations les plus proches sont situées de l’autre côté du canal de l’Ourcq, de la voie de chemin de fer, de la Marne et du canal de Chalifer sur la commune de Mareuil-lès-Meaux, à plus de 500 m de la plate-forme.
    Des précautions particulières ont été prises sur des sujets comme le bruit, la poussière ou encore les nuisances visuelles liées à la présence du site.

    En matière sonore, aucune nuisance importante n’est attendue au regard du trafic routier de la RD5 et de l’A140, du trafic aérien de l’aérodrome d’Isles-lès-Villenoy et de l’aéroport Charles-de-Gaulle et du trafic ferroviaire à l’est. Ensuite, parce qu’il a été décidé de limiter le fonctionnement du site en semaine, entre 7 heures et 18 heures.

    Le procédé adopté permettra de prévenir la formation de poussières dans l’air. Les sols seront stockés dans un hangar et le processus de nettoyage se fera sous conditions humides, évitant de générer de la poussière.

    Le site ne sera partiellement visible que depuis l’autoroute.